Skip to main content

Crise énergétique: les outils pour mieux la gérer

Autore
février 27, 2024

La hausse des prix de l’énergie: causes, prévisions et solutions. Lisez l’article publié dans la revue ‘Gestione Energia’ – FIRE éditée par notre Ing. Mariani.

COMMENT FAIRE FACE À LA CRISE ÉNERGÉTIQUE

Avec les scénarios de guerre en cours en Ukraine, dont nous espérons qu’ils seront bientôt résolus, la croissance des prix de l’électricité et du gaz naturel, un phénomène commencé dès l’été 2021, est de plus en plus inquiétante.

Les moyens économiquement importants mis en place par le gouvernement pour réduire la hausse des prix, bien que tardifs compte tenu de la crise déjà existante, n’ont pas permis de compenser totalement l’impact de la hausse des prix. Les plus touchées sont à la fois les grandes entreprises et les petites et moyennes entreprises, qui paient actuellement l’électricité seule au moins quatre fois plus cher qu’au premier semestre 2021 et environ 6 % de plus qu’en France, 34 % de plus qu’en Allemagne et 11 % de plus qu’en Espagne (comparaison des prix spot de janvier 2022).

Les causes sous-jacentes de la hausse des prix de l’énergie peuvent être attribuées à plusieurs facteurs qui ont agi simultanément au cours des derniers mois: l’un d’entre eux est la crise des prix du gaz naturel.

Celle que nous vivons actuellement est essentiellement la première crise sérieuse du marché du gaz naturel et du système de tarification à court terme. Alors que jusqu’à la période 2008-2010 (années de la libéralisation des marchés énergétiques italiens), les prix du gaz étaient basés sur des contrats à long terme avec des prix indexés sur la base des produits pétroliers et contenant des clauses très strictes d’enlèvement ou de paiement, ce type de contrat a été réduit au fil du temps en faveur de formules de tarification avec des références à des cotations liées au hub et à court terme.

Jusqu’en 2020, le système de tarification à court terme a plutôt bien fonctionné, mais depuis 2021, couplé à la reprise économique, il a commencé à exposer toutes ses faiblesses. L’impréparation des opérateurs face à la demande croissante a entraîné une hausse rapide des prix, aggravée par la forte demande en provenance du continent asiatique.

Outre la crise du prix du gaz naturel, le mécanisme lié aux permis d’émission de dioxyde de carbone (EUA) échangés dans le cadre du SCEQE (système d’échange de quotas d’émission) a également joué un rôle important.

En bref, ce type de taxation environnementale, au cours de la période réglementaire 2021-2030, a été encore renforcé par rapport à la période précédente afin de pousser la génération et la production d’électricité vers une plus grande durabilité.

Une telle pression sur la production, et donc sur les émissions, a déjà provoqué une hausse significative des prix depuis le début de la phase IV par rapport à la phase précédente.

D’autre part, la production d’électricité a été affectée à la fois par le prix de la production de gaz et par le prix des quotas européens en termes de tonnes de CO2 émises pour la production d’électricité.

Une autre raison est à chercher dans le mécanisme actuel de formation des prix, via le prix marginal du système (PMS). Bien que l’autorité antitrust ait récemment tenté d’empêcher son éventuelle révision, il est désormais indéniable que, dans les conditions actuelles, il a déjà montré toutes ses faiblesses.

Dans un scénario de crise comme celui que nous connaissons actuellement, le prix marginal du système amplifie un problème de tarification présent sur le marché du gaz en l’étendant au marché de l’électricité.

Le prix spot actuel sur le marché du gaz naturel, bien que représentant le prix de référence, ne représente pas la véritable valeur d’échange des contrats existants.

Le prix spot de l’électricité reflète le coût de la production thermoélectrique généralement à partir de gaz naturel (soit environ 50% de la production nationale moyenne).

Il est donc clair que les prix actuels, provenant des deux marchés, et payés par le consommateur final, génèrent des bénéfices supplémentaires pour les producteurs non thermiques et les importateurs de gaz naturel.

De même, la part des redevances SCEQE sur la thermoélectricité est également perçue par les parties non assujetties, car elle fait partie du prix marginal défini sur la bourse.

COMMENT ATTÉNUER LES COÛTS D’APPROVISIONNEMENT EN ÉNERGIE

Il existe plusieurs outils qui peuvent être utilisés pour alléger les coûts d’approvisionnement en énergie et nous allons en examiner quelques-uns.

La plus simple reste d’assurer un achat optimal de ses propres fournitures. L’incertitude associée aux possibilités offertes par le marché libre pour optimiser les coûts d’approvisionnement en énergie rend nécessaire une stratégie appropriée pour protéger son entreprise. Il doit s’agir d’un effort conjoint entre une analyse détaillée de la volatilité des marchés des matières premières énergétiques et la maîtrise des risques liés à leur variabilité. Ce type de stratégie comprend des mesures allant des politiques d’achat échelonnées à la gestion des politiques d’achat, en passant par le suivi constant des tendances du marché et la négociation de clauses contractuelles favorables. De telles politiques sont en mesure de limiter les effets négatifs potentiellement néfastes de la volatilité et de la variabilité actuelles du marché de l’énergie.

L’efficacité énergétique est un autre outil qui permet de réduire l’impact de l’énergie sur les coûts des entreprises, tout en ayant un impact positif sur la transition énergétique.

Il faut souvent du temps pour obtenir des résultats importants, mais certaines mesures prennent moins de temps que d’autres. Par exemple, une meilleure isolation des bâtiments ou le coup de pouce important qui suivrait l’installation de pompes à chaleur permettraient tous deux de réduire considérablement la consommation et les coûts.

Soutenir les petites et moyennes entreprises (PME) par des programmes efficaces visant à fournir des audits d’efficacité énergétique et les conseils nécessaires à la mise en œuvre rapide de solutions d’économie d’énergie serait un autre outil utile.

Cela peut se poursuivre par l’installation de nouvelles centrales d’énergie renouvelable telles que les centrales photovoltaïques, éoliennes et autres. De même, à court terme, inciter les consommateurs finaux d’électricité à se regrouper pour produire en un même lieu l’électricité nécessaire à leurs besoins à partir de sources renouvelables pourrait favoriser le « partage » de l’énergie par le biais de communautés énergétiques. Toutes ces actions pourraient représenter des moteurs importants pour la transition énergétique, avec des avantages économiques, sociaux et environnementaux.

Ces jours-ci, un bon coup de pouce à certaines des réformes nécessaires pour faire face à la crise actuelle provient également du décret sur l’énergie. Promouvoir l’utilisation des sources d’énergie renouvelables, en les soulageant de régimes bureaucratiques jusqu’à présent très pénalisants, peut constituer un point de départ vraiment important, tant à court qu’à long terme, en synergie avec les dernières propositions pour les communautés énergétiques.

Comme mentionné précédemment, l’efficacité énergétique devra également jouer un rôle majeur dans la réduction et l’amélioration de l’efficacité de la production et de la transformation de l’utilisation de l’énergie.

Une révision du mécanisme de formation des prix est également indispensable. Réduire les bénéfices supplémentaires des énergies renouvelables n’est pas la solution; il serait plutôt préférable de limiter davantage le prix maximal de formation, surtout pendant une période de crise comme celle que nous traversons actuellement.

Ces mesures devront être mises en œuvre de toute urgence, car à court terme, ou plutôt à très court terme, sans une action efficace, les compensations introduites par le dernier DL risquent d’être rapidement anéanties, et nous pourrions nous retrouver à la case départ en un rien de temps.

Riuscire a coniugare la sostenibilità ambientale e il risparmio energetico con la crescita del business è la sfida di tutte le aziende. Vuoi sapere come? Contattaci.

Siamo specializzati in consulenza strategica e servizi di sostenibilità aziendale, mercato ed efficienza energetica. Contattaci per la creazione e l’implementazione delle tue strategie di sostenibilità, la valutazione e il miglioramento della performance ambientali, sociali e di governance (ESG), la redazione di bilanci di sostenibilità.


ALENS s.r.l.
Sede Legale: Corso Cavour 44, 27100 PAVIA | PEC: pec@pec.alens.it  - tel: +39 0382 22837 | fax: +39 0382 22838 - PIVA e CF 02474810187

Follow

© Alens srl. All rights reserved. Powered by Esc Agency.